Employeurs solidairesMédia

Eric Barthélémy, intrapreneur de la Plateforme de l’inclusion : « 82 % [des structures d’insertion] déclarent gagner du temps dans leur recrutement »

Cet article s’inscrit dans le cadre du programme « Employeurs Solidaires » mené par WeTechCare, qui vise à intégrer le numérique dans l’accompagnement socio-professionnel des employeurs solidaires (SIAE, GEIQ, EA, ESAT etc…) pour en faire un véritable levier d’insertion.

« Pour l’insertion par l’activité économique (ndlr : IAE), nous porterons à 240 000 le nombre de contrats, il y en a aujourd’hui 140 000 », déclarait Emmanuel Macron en 2019 à l’occasion de la publication du Pacte d’ambition pour l’IAE. 

Cette feuille de route, visant à créer 100 000 emplois en insertion supplémentaires d’ici fin 2022, inscrit dans ses engagements le fait d’allier « toutes les entreprises et tous les acteurs publics à la cause de l’inclusion ». Cet engagement a notamment été concrétisé par la création d‘un service public numérique qui met en relation des candidats éloignés du monde professionnel avec des entreprises solidaires dites d’insertion – la Plateforme de l’inclusion.

Il s’agit d’un service conçu par le Haut Commissariat à l’Emploi et à l’Engagement des Entreprises (HCEEE), la Délégation générale à l’Emploi et à la Formation professionnelle (DGEFP) et la Direction Interministérielle au Numérique (DINUM). 

En quoi les quatre différents services numériques mis à disposition sur la Plateforme de l’inclusion favorisent-ils une meilleure gestion des structures d’insertion ? Comment le numérique peut-il être un accélérateur pour l’emploi ?

C’est avec ces questions en tête que le média Les Bons Clics s’est entretenu avec Eric Barthélémy, intrapreneur de cette start-up d’Etat.

Plateforme de l'inclusion : le numérique pour l'emploi
Page d’accueil de la plateforme de l’inclusion.

Les Bons Clics : Selon vous, en quoi le numérique est-il un accélérateur d’insertion ? 

Eric Barthélémy : Le numérique n’est pas directement LE facteur d’insertion. Le numérique propose des services et des outils qui viennent en soutien aux conseillers en insertion professionnelle. Prenons l’exemple des Emplois de l’inclusion. Avant, les conseillers Pôle emploi passaient une partie de leur temps à délivrer des agréments (un acte administratif pour délivrer une « autorisation d’embauche », pour faire simple). 

Aujourd’hui, cet acte est réalisé automatiquement par Les emplois de l’inclusion. Le gain de temps réalisé a pu être réinvesti par les conseillers dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

Les Bons Clics : Après plus de vingt ans passés chez Pôle emploi, qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre et développer une start-up d’Etat axée sur le numérique pour l’emploi – la Plateforme de l’inclusion ? 

Eric Barthélémy : C’est très simple : aider un maximum de personnes à retrouver un emploi ! C’est mon leitmotiv quotidien depuis mes débuts : « Est-ce que mon travail permet à quelqu’un de retrouver un travail ? »

Les Bons Clics : En quoi le numérique, et en particulier la Plateforme de l’inclusion, peuvent-ils venir faciliter et améliorer la gestion d’une structure d’insertion et les pratiques professionnelles ?

Eric Barthélémy : Chaque nouveau service numérique créé dans le cadre du programme Startup d’État de Beta.gouv doit se poser cette question : est-ce que l’impact du service est bien réel ? C’est pourquoi nous mesurons et suivons plusieurs mesures d’impact. Pour les structures d’insertion, 82 % d’entre elles nous déclarent gagner du temps dans leur recrutement, de quelques jours à trois semaines. 60 % déclarent gagner une semaine ou plus.

Eric Barthélémy, intrapreneur de la Plateforme de l'Inclusion.
Eric Barthélémy, intrapreneur de la Plateforme de l’Inclusion.

Les Bons Clics : Comment voyez-vous le rôle de l’Etat dans la mise en place du pacte IAE pour accompagner les 140 000 salariés en insertion par an dont 56 000 sont en situation de précarité numérique ? 

Eric Barthélémy : La précarité numérique est une réalité. C’est pourquoi la plateforme de l’inclusion est un triptyque où le chercheur d’emploi est placé au centre.

S’il est autonome, le chercheur d’emploi peut naturellement utiliser seul le service. Mais nous avons pensé le service pour qu’il puisse être mis en relation avec une entre prise grâce à un prescripteur (salarié ou bénévole), tout en lui permettant d’être informé du devenir de ses candidatures.


L’équipe en charge de la communauté Employeurs Solidaires a co-animé une webconférence en octobre dernier sur le sujet « Comment le numérique facilite la gestion de ma structure d’insertion ». Vous trouverez le replay ci-dessous avec, en prime, des outils Les Bons Clics dédiés au numérique pour l’emploi !

2

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page