Inclusion financièreMédia

Sécurité et banque en ligne : comment protéger ses publics

Cet article sur la sécurité a été réalisé dans le cadre d’un partenariat avec La Banque Postale, et fait partie d’une série destinée à accélérer l’inclusion financière par le numérique. Retrouvez les autres articles ici !

En 2019, plus de 40 millions de Français se connectaient chaque mois sur un site ou une application bancaire. Une partie des clients des banques traditionnelles n’ont pourtant pas franchi le cap du numérique, le plus souvent par peur pour la sécurité de leurs données.

Le numérique représente pourtant une opportunité majeure en matière financière, permettant non seulement de réaliser des économies, mais surtout de gagner en autonomie dans la gestion de son budget. Aussi s’agit-il, pour les aidants numériques, de comprendre et de communiquer les risques liés à la banque en ligne, sans pour autant dissuader leurs publics d’y recourir. Heureusement, des outils sont à votre disposition pour vous aider à arpenter au mieux cette ligne de crête.

La banque en ligne suscite des craintes multiples

D’après l’enquête « Les Français, leur banque et leurs attentes », publiée par la Fédération Bancaire Française en partenariat avec l’IFOP, 45% des Français n’ont pas téléchargé l’application de leur banque. Pour l’expliquer, la moitié de ces derniers déclarent craindre pour la sécurité en ligne de leurs données.

Un quart des répondants estiment ainsi que leur banque n’apporte pas de garanties suffisantes sur la protection des données, et 30% considèrent n’être pas assez conseillés sur les bonnes pratiques à adopter en ligne. Une étude réalisée en 2017 par WeTechCare auprès des clients de La Banque Postale a révélé que les peurs de l’erreur et de l’arnaque constituaient un frein majeur à l’utilisation des services bancaires en ligne, d’autant plus parmi les publics ne maîtrisant pas le numérique. 

Si ces craintes sont légitimes, elles tendent toutefois à amplifier les risques réels. Deux sources de fraude sont à noter : pour les virements, la fraude vient d’abord du vol des identifiants et des mots de passe de connexion aux espaces personnels. Un autre risque provient du vol de données bancaires par hameçonnage, en faisant croire à un utilisateur qu’il les communique à un tiers de confiance. 

Malgré ces risques, l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement concluait dans son dernier rapport que « le chèque reste le moyen de paiement le plus fraudé en France, et ce pour la deuxième année consécutive ». A savoir également qu’en cas de perte, vol ou détournement des données bancaires, le propriétaire de la carte peut contester et être remboursé en l’absence de preuve d’autorisation du paiement.

Les réflexes et les outils pour limiter les risques

Les banques mettent aujourd’hui à disposition des clients des systèmes d’authentification innovants utilisant un code personnel, un capteur d’empreinte digitale ou encore la reconnaissance vocale. La Banque Postale propose par exemple aux 2,5 millions d’utilisateurs de l’application bancaire Talk to Pay de s’authentifier par reconnaissance vocale. Autre illustration, l’application du Groupe Crédit Agricole est sécurisée par un code personnel ou par empreinte digitale (SécuriPass).

Alors que la moitié des Français déclarent avoir déjà enregistré leurs coordonnées bancaires sur un site e-commerce et un quart les avoir déjà communiquées par mail, les acteurs bancaires et les structures accompagnant les publics multiplient les actions d’information et de sensibilisation aux bonnes pratiques. La Fédération Bancaire Française a ainsi publié des vidéos pédagogiques ainsi qu’un mini-guide « Cybersécurité au quotidien : 9 réflexes clés ».

Banque en ligne sécurité cybersécurité
Extrait du mini-guide Cybersécurité de la Fédération Bancaire Française

L’association Emmaüs Connect met également à disposition son guide des bonnes pratiques de la sécurité sur Internet autour des thématiques suivantes : « quand je vais sur Internet », « quand je me connecte à un espace personnalisé », « quand je quitte mon poste » et « quand je possède mon propre matériel ». 

Vous pouvez également retrouver un ensemble d’informations et de ressources pédagogiques sur Les Bons Clics autour de la sécurité en ligne, par exemple pour animer un atelier « Découvrir la sécurité sur Internet ».


3

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page