MédiaNumérique en santé

Vaccination : la fracture numérique aggrave les inégalités

Depuis le début de la campagne de vaccination, le 27 décembre 2020, plus de seize millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin, parmi lesquels sept millions ont été complètement vaccinés (au 5 mai 2021).

Pour accélérer la campagne de vaccination, deux plateformes indépendantes ont été lancées début avril : le site Vite ma dose, qui propose aux personnes éligibles de repérer les créneaux de vaccination disponibles au plus près de chez elles, et la plateforme Covidliste, qui permet au grand public de s’inscrire sur une liste d’attente dans le cas où une dose surnuméraire deviendrait disponible aux alentours.

Le succès de ces deux plateformes a été fulgurant : Vite ma dose aurait reçu deux millions de visiteurs uniques en une semaine selon son créateur, Guillaume Rozier, tandis que Covidliste dénombre aujourd’hui près d’un million d’inscrits sur sa liste d’attente.

Si ces solutions démontrent le potentiel des nouvelles technologies en matière d’accès à la santé, elles viennent également renforcer l’image d’une vaccination inatteignable pour les publics éloignés du numérique.

Vaccination : la promesse non-tenue du numérique

L’exclusion numérique complexifie la vaccination des publics prioritaires

Le 18 janvier dernier s’ouvrait la vaccination pour les personnes âgées de 75 ans et plus, qui pouvaient alors prendre rendez-vous par téléphone après s’être dûment renseignées auprès d’acteurs locaux, ou en ligne, au travers des plateformes de téléconsultation Doctolib, Keldoc ou Maiia. Pour autant, l’âge reste un des facteurs les plus discriminants en matière d’inclusion numérique : 53% des personnes âgées de plus de 75 ans ne disposent pas d’un accès à internet (contre 12% pour le reste de la population), et 90% manquent d’au moins une compétence numérique de base (contre 47%)*.

« Beaucoup de seniors font appel à leurs proches. Je pense que les pharmacies, les médecins et les secrétaires de mairie ont été nombreux à faire “à la place de” »

Eric Durand, médiateur numérique à La Quincaillerie (Creuse), pour La Montagne (16/04)

Régine Roué, en charge de l’espace multimédia d’un centre social à Brest, déclare ainsi à La Gazette des Communes : « c’est dramatique ce qui se passe par rapport à l’accès à la vaccination, c’est un vrai casse-tête ». Pour cette chargée de mission numérique, son centre social n’est pas un cas isolé : « nous sommes plusieurs centres sociaux à devoir établir des listes de personnes, à nous connecter tôt le matin ou tard le soir pour trouver un créneau disponible, à faire la démarche à leur place puis à les rappeler pour les prévenir ».

Alors que le 15 janvier, un communiqué du Ministère de la Santé estimait à 500 000 le nombre de personnes ayant pu prendre un rendez-vous pour se faire vacciner, la moitié des plus de 75 ans (soit 3,5 millions de personnes) n’avaient pas été vaccinée à la fin mars. Le 28 mars, Emmanuel Macron déclarait ainsi au Journal du Dimanche que le gouvernement s’apprêtait à « systématiser les appels aux plus de 75 ans (…) pour leur proposer des rendez-vous ».

Une double peine pour les publics précaires

Les seniors ne sont pas les seuls publics éloignés du numérique : au-delà de l’âge, les niveaux de diplôme et de revenus influent sur le degré de maîtrise du numérique. Aussi, 41% des personnes non-diplômées ou titulaires d’un Certificat d’Etudes Primaires n’utilisent jamais internet (contre 14% pour le reste de la population), et les ménages les plus modestes sont trois fois plus susceptibles de ne pas l’utiliser que les ménages les plus aisés*.

Une fracture d’autant plus significative que publics précaires sont également les plus exposés au virus. Selon une étude de Médecins Sans Frontières menée entre juin et juillet 2020, les sites de distribution alimentaire, les foyers travailleurs et les centres d’hébergement d’urgence présentaient des taux de positivité supérieurs à 50% – jusque 88,7% pour les foyers de travailleur.

« On ne voyait pas nos habitants. Sans vouloir caricaturer, c’était plutôt tablette à la main et vêtements des beaux quartiers. L’image nous a beaucoup marqués »

Julien Le Breton, médecin en charge du centre de vaccination de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), à Libération (11/02)

En février dernier, le journal Libération révèle comment le centre de santé Salvador-Allende, à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), vaccine plus de Parisiens que d’habitants de la commune. En cause, le système de réservation en ligne des créneaux de vaccination.

Pour Olivier Bouchaud, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Avicenne de Bobigny, l’impossibilité de restreindre l’accès au système de réservation selon la zone de résidence favorise les plus connectés. « Les personnes qui ont le plus de facilité à avoir accès à internet peuvent prendre en priorité les places par rapport à celles qui ont un peu plus de difficulté, déclare-t-il au micro de RFI. C’est en partie compensée par le fait qu’il n’y a pas qu’internet : il y a aussi un numéro de téléphone, mais il n’est pas forcément très accessible en permanence et par tout le monde ».

Début mai, le conseil citoyen sur la vaccination, mis en place par le CESE (Conseil économique, social et environnemental) a émis de nouvelles recommandations pour accompagner la campagne de vaccination, parmi lesquelles figurent notamment la mise en place de « dispositifs d’aller vers » ainsi qu’une « campagne de sensibilisation destinée aux publics précarisés en s’appuyant sur de nombreux relais qui travaillent déjà avec ces publics ».

Autrement dit, il s’agit de prendre en compte les inégalités sociales et territoriales qui compromettent l’équité de la campagne de vaccination. Parmi ces dernières, la fracture numérique représente un problème de fond s’ajoutant aux inégalités préexistantes. A l’heure où de nouvelles solutions numériques se déploient pour avoir accès aux vaccins, il est urgent de la résorber pour éviter que les moins connectés soient les derniers vaccinés.

Parmi les ressources mobilisables en ce sens figure notamment l’aide à l’utilisation de l’application TousAntiCovid. En amont du déploiement d’nu passeport sanitaire, vous y trouverez par exemple un tutoriel qui explique les étapes à suivre pour scanner ses certificats de vaccination et de test à partir d’un QR Code. A noter tout de même : pour les personnes dont le certificat de vaccination n’a pas de QR Code, il faudra attendre fin mai qu’un portail dédié soit ouvert sur le site de l’Assurance maladie.

*Selon les statistiques de l’INSEE parues en 2019


Vous avez dû accompagner des publics le long de la campagne de vaccination ? Pour témoigner, contactez-nous à redac@lesbonsclics.fr !

5

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page