MediaDévelopper son activité

« Le numérique, c’est une porte pour beaucoup d’accompagnements et d’orientations » – CCAS de Marly-le-Roi

Ce témoignage du CCAS de Marly-le-Roi a été recueilli dans le cadre d’un partenariat avec la Région Île-De-France.

Les centres communaux d’action sociale (CCAS) organisent les solidarités et l’aide sociale à l’échelle d’une commune. En tant qu’acteurs incontournables de l’accès aux droits et de la lutte contre les exclusions, les CCAS sont en première ligne pour repérer et aiguiller les citoyens éloignés du numérique.

Dans un contexte de dématérialisation croissante, de plus en plus de CCAS développent donc des programmes d’inclusion numérique. Par où et pourquoi commencer ? Comment articuler cette nouvelle offre avec les offres existantes, et comment s’assurer de la cohérence de l’offre sociale à l’échelle d’un territoire ?

C’est avec ces questions en tête que WeTechCare s’est entretenue avec Laure Sureau et Emilie Landois, respectivement directrice et responsable sociale du CCAS de Marly-le-Roi qui, en 2018, a initié ses premières actions d’inclusion numérique. 

CCAS de Marly-le-Roi
Depuis le 1er septembre, le CCAS de Marly-le-Roi dispose d’un nouveau local pour ses ateliers de formation au numérique.
©CCAS Marly-le-Roi

WeTechCare : Depuis quand et pourquoi le CCAS de Marly-le-Roi met-il en place des actions d’inclusion numérique ?

Nous nous sommes rendu compte que nous avions un public éloigné du numérique, avec des besoins et des attentes fortes en la matière, notamment en raison de la dématérialisation.

Début 2018, nous avons donc lancé un premier programme d’inclusion numérique en mettant à disposition des ordinateurs au CCAS, dont un en accès libre pour que les personnes autonomes puissent effectuer toutes leurs démarches administratives (CAF, CPAM, Caisse de retraite, Pôle emploi, impôts, logement social, etc…) et faire des consultations sur le logement, les impôts ou encore l’emploi.

En parallèle, d’autres ordinateurs nous ont permis d’assurer des permanences numériques, qui avaient lieu tous les vendredis de 9h à 11h30. En raison de la situation sanitaire, les permanences s’organisent actuellement les mardi, jeudi et vendredi sur rendez-vous, et se centrent sur l’accompagnement des personnes dans leurs démarches CAF, Ameli, ou Pôle emploi…

En 2019, nous avons voulu élargir nos actions d’inclusion numérique. Grâce à Linda Vasseur, médiatrice numérique, nous avons mis en place des ateliers d’initiation. Au début, nous proposions deux ateliers, un pour débutants, l’autre pour les personnes plus expérimentées. Mais nous nous sommes rendu compte que les personnes inscrites au second atelier avaient également besoin du premier.

Nous avons donc mis en place un atelier complet, qui se déroule sur six demi-journées. Chaque module dure trois heures. Le premier est dédié à la découverte de l’ordinateur, de la souris et du clavier. Le dernier permet d’apprendre comment recevoir et envoyer des fichiers par courriel, et se conclut par une évaluation des compétences.

Nos ateliers, en partenariat avec la Croix Rouge grâce à la présence de bénévoles, se destinent aux personnes très éloignées du numérique, et sont ouverts à tous et toutes. De 2018 à 2020, une partie de cette action a d’ailleurs été financée par le département des Yvelines.

A partir de ce mois de septembre, notre service emploi évolue et oriente ses missions vers le renforcement de la thématique numérique pour devenir un lieu d’accueil, d’orientation, d’accompagnement et de formation. Le vidéoprojecteur et les ordinateurs nous permettront de poursuivre les ateliers.

Nous sommes également sur le point d’être labellisé « point relais CAF », et nous travaillons avec le pôle insertion du département des Yvelines pour articuler nos offres d’accompagnement pour les bénéficiaires du RSA. Par exemple, un bénéficiaire qui ne peut pas se déplacer pourra venir à Marly-le-Roi pour un entretien avec un conseiller en visioconférence, qui se déroulera, depuis le CCAS, dans un espace isolé afin de garantir la confidentialité.

WeTechCare : Comment la crise sanitaire a-t-elle influé sur vos actions d’inclusion numérique ?

Depuis 2019, on a dû organiser une vingtaine d’ateliers de six demi-journées. En raison du contexte sanitaire, nous pouvons accueillir au maximum six personnes dans notre espace actuel, au rez-de-chaussée. En comptant la médiatrice et le ou la bénévole de La Croix Rouge, nous pouvons compter sur quatre apprenants au maximum par atelier.

En mars 2020, nos ateliers ont été mis en pause et, après quelques sessions en septembre, nous avons dû les interrompre à nouveau pour les reprendre en février. Nous avons oeuvré pour les maintenir en dehors des périodes de confinement.

WeTechCare : Comment s’articulent votre programme d’inclusion numérique et vos autres programmes de solidarité ?

Nous nous rendons compte qu’il y a des liens entre les différents dispositifs. Par exemple, pour le quotient familial, une mère de famille nous apporte des papiers en nous expliquant qu’elle ne sait pas se servir d’un ordinateur.

Ce qui est intéressant, c’est qu’on passe par différentes portes pour faire de l’inclusion numérique. C’est un lien naturel entre tous nos dispositifs.

Et dès que l’on communique sur nos ateliers d’initiation, que ce soit au travers du journal communal ou avec des affiches, on doit rapidement inscrire des personnes sur liste d’attente. Il y a vraiment un besoin d’apprendre.

WeTechCare : En dehors de la crise sanitaire, avez-vous rencontré des difficultés dans la mise en place de votre offre d’inclusion numérique ?

Au niveau des ateliers, ce qui a pu poser problème, c’est le désengagement de certaines personnes au cours d’un atelier.

D’autres ne pouvaient pas mettre en pratique ce qu’ils avaient appris et, au bout d’un certain temps, avaient à nouveau besoin de l’atelier. A la rentrée, nous aimerions donc mettre en place des entraînements individuels avec les outils Les Bons Clics, pour que nos apprenants ne perdent pas les gestes acquis en atelier.

Nous avons également dû gérer un atelier plus compliqué en raison d’une différence trop importante de niveaux. Nous avons donc mis en place une évaluation par téléphone ou en présentiel, à partir d’un questionnaire, ce qui nous permet désormais de constituer des groupes de niveau plus homogènes.

WeTechCare : Comment articulez-vous vos offres avec celles des autres acteurs locaux ?

Le tissu associatif de Marly-le-Roi est riche. Au niveau de la commune, on organise des réunions trimestrielles avec les associations à caractère social, ce qui permet de communiquer régulièrement autour des activités des uns et des autres. Certaines associations travaillent sur le numérique sous une autre forme et en direction de publics plus ciblés.

La taille de la ville (ndlr : 16 300 habitants en 2018 selon l’INSEE) nous permet probablement de l’appréhender plus facilement. L’information circule vite.

Le numérique, c’est une porte vers beaucoup d’accompagnements et d’orientations possibles. C’est ce que l’on souhaite consolider grâce à l’espace numérique.

Notre objectif, c’est d’aider et d’accompagner les personnes concernées vers les bons dispositifs. Le numérique, c’est aussi un moyen de détecter les problématiques.

23

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page